Workshop,film,diskusi

Le corps dans tous ses états dans le roman d’Eka Kurniawan, Les Belles de Halimunda

Les Belles de Halimunda sont à la fois un roman profondément incarné dans la région de Java-Ouest et dans l’histoire de l’Indonésie. L’intrigue a pour toile de fond l’histoire du pays de la fin de la période coloniale à la fin de la période Soeharto. Le corps que met en scène le roman, c’est d’abord celui de Dewi Ayu, une belle métisse issue d’un grand-père néerlandais, Ted Stammler, et d’une belle autochtone que ce dernier a arraché des bras de son amant, qui cherchera à se venger de sa descendance. Contrainte de se prostituer par l’occupant japonais, Dewi Ayu décide de ne pas se marier et de poursuivre son activité. Elle devient la plus célèbre courtisane de la ville de Halimunda, une ville que se disputent, de même que son corps, trois personnages qui deviendront ses gendres et représentent trois grandes forces sociales antagonistes : un militaire, un truand et un communiste. Dans cette fresque romanesque, qui n’est pas sans évoquer le réalisme magique de Garcia Marquez et le grotesque de Rabelais, Eka Kurniawan met en scène des corps qui souffrent, qui désirent, qui luttent et qui meurent. Descriptions de scènes de violence et d’amour ainsi qu’évocation du surnaturel se mêlent dans ce roman aux allures de farce macabre. 


Share:

PARTNER