Portraits

TONNI KURNIAWAN


1 / Pouvez-vous nous en dire plus à votre sujet? A propos de votre parcours et de vos champs de recherche?

Actuellement, je suis chercheur à l'université d'Etat de la République populaire de Chine. En tant que scientifique globe-trotter, j’ai été en mobilité recherche dans les pays de l'UE, notamment en Finlande, au Royaume-Uni et en Allemagne. Une contribution importante à la recherche appliquée dans le domaine de la technologie de l'eau m'a valu de nombreuses récompenses d'organisations internationales. Récemment, l'Institute for Scientific information (ISI) -Thomson Reuter m'a identifié comme faisant partie du top 1% des scientifiques les plus cités en ingénierie. Mes recherches concernent les applications vertes de la chimie à des fins industrielles.


2 / En 2015, vous avez remporté le ASEAN Green Award de l'ASEAN Academy of Engineering and Technology qui récompense les jeunes technopreneurs et contributeurs à la croissance écologique dans la région de l'ASEAN. Pourriez-vous nous en dire plus sur le projet que vous aviez présenté à ce moment-là?

Mon projet concernait la restauration de l'environnement contaminé par les métaux lourds en considérant une large gamme de métaux lourds tels que le plomb, le cuivre et le zinc. L'idée d’une recherche dans ce domaine est basée sur le concept selon lequel un environnement pollué peut être restauré en utilisant des matériaux peu coûteux tels que le charbon actif issu de la coquille de noix de coco. Les matériaux non conventionnels comme les déchets agricoles sont disponibles en abondance en Asie du Sud-Est. Puisque la coquille de noix de coco a peu de valeur économique, elle peut être obtenue gratuitement ou à un coût minime. Sa conversion en carbone actif - qui peut être utilisé comme adsorbant pour la purification de l'eau - ajouterai à sa valeur économique, aiderai à réduire le coût de l'élimination des déchets, et surtout, fournirai une option potentiellement peu coûteuse pour produire du charbon actif qui vaut actuellement très cher.


3 / Avant votre récompense au ASEAN Green Awards, vous avez gagné de nombreuses distinctions lors d'événements scientifiques et technologiques internationaux, ciblant les jeunes chercheurs et les innovations pour la préservation de l'environnement. Ceci est non seulement un témoignage de la qualité de votre travail, mais aussi une démonstration de votre implication dans la communauté de recherche et d’innovation internationale en écologie. En tant que chercheur, cette implication est-elle représentative de vos convictions professionnelles? Comment voyez-vous aujourd’hui l'intégration globale de la recherche pour la préservation de l'environnement?

En tant que scientifique, je fais la promotion du paradigme de la chimie verte en me basant sur l'idée d’une production plus propre: comment résoudre un problème de pollution en utilisant moins de produits chimiques et avec une consommation d'énergie moindre, tout en minimisant les déchets résultants ?

À l'échelle mondiale, la voie à suivre pour la protection de l'environnement se traduit par des principes de production plus propre, défendues par le PNUE depuis 2000. Par conséquent, les scientifiques travaillent sur des matériaux qui non seulement pourraient réduire la production de déchets secondaires après le traitement, mais également réduire la consommation d'énergie, tout en veillant à ce que les effluents traités répondent à la législation requise. En permettant à l'eau d'être capturée à partir de sources non traditionnelles, puis en restaurant sa qualité pour qu’elle réponde aux normes de l’eau potable, les scientifiques mettent en place des moyens novateurs pour répondre aux problèmes mondiaux de pollution de l'eau.


4 / Votre startup a été sélectionnée par la FrenchTech dans le cadre du Hello Tomorrow Challenge, qui récompense les 500 meilleures jeunes startups dans les domaines scientifiques et technologiques. Votre participation vous mènera à participer au Hello Tomorrow Global Summit, qui aura lieu à Paris en Octobre 2016. Pourriez-vous nous en dire plus sur le projet qui a donné à vous et à votre équipe l'occasion de participer à cet événement international ? Qu’en attendez-vous?

Certains pays ont de nombreuses usines de traitement de déchets mais importent encore de l'huile. Imaginez s'ils avaient le savoir-faire pour exploiter l'énergie issue de ces déchets. Inutile de dire, il y aurai une révolution mondiale de l'énergie. A Paris, nous allons présenter cela à de grands investisseurs et nous espérons que certains d'entre eux seront prêts à participer à notre projet.

Si nous trouvons les investisseurs nécessaires pour mener à bien ce projet de long terme, nous pourrons nous diriger vers une application concrète et envisager une commercialisation.


Share:

PARTNER