Conférences HTS

« SACRES PUSAKA ! LES OBJETS PUISSANTS DE JAVA OUEST ET BANTEN » PAR S-A. ANDRIEU & G.FACAL

2 mai 2018 | 17h30 | IFI Thamrin
Gratuit | Réservation : Eventbrite


Dans les provinces de Java Ouest et Banten, en Indonésie, les pusaka constituent un ensemble d’objets naturels et d’artefacts qui sont considérés comme « puissants » (sakti). Ces objets permettent à leurs possesseurs de capter une force sacrale, ils contribuent à asseoir leur autorité et peuvent être convoités en vue du renforcement d’une légitimité politique. Ces contextes déterminent alors un ensemble de normes et d’usages entourant la manipulation, la circulation et la transmission des pusaka.

Ces objets incarnent par ailleurs souvent des qualités humaines et sont parfois considérés comme renfermant en leur sein l’« âme » (roh) d’un ancêtre. En retour, la relation avec les pusaka peut permettre aux porteurs d’endurer des transformations physiques et de statut social. Localement, les pusaka combinent et cristallisent différents apports religieux, tels qu’ils existent sur le territoire et dans l’histoire de l’ouest de Java (animisme, hindouisme, bouddhisme, tantrisme, islam, christianisme). Ces influences sont au cœur de multiples enjeux économiques et de pouvoir. Enfin, avec le développement récent du tourisme patrimonial en Indonésie, une nouvelle légitimité est attribuée à ces objets, auparavant exclus des circuits touristiques.

Nous nous baserons sur la présentation de plusieurs pusaka de l’ouest de Java, certains issus de collections privés, d’autres activement utilisés pour leur puissance et d’autres encore déposés dans des lieux destinés à s’en décharger. Puis, à la lumière des outils propres à l’ethnologie et l’anthropologie, nous proposerons une analyse de leurs existences, fonctions et usages ainsi que des enjeux contemporains qui leur sont liés.


Les conférenciers

Sarah-Anaïs Andrieu et Gabriel Facal sont respectivement anthropologue et post doctorant en anthropologie sociale ; tous deux sont chercheurs associés au Centre Asie du Sud-Est (CASE Paris, EHESS/CNRS). Leur maîtrise parfaite de l’Indonésien et leur intégration sociale réussie ont largement contribué à la réussite de leurs recherches en Indonésie. 

Sarah-Anaïs Andrieu a obtenu son doctorat en anthropologie sociale et ethnologie à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales en 2010. Elle vit à Bandung (Java Ouest) depuis 2006. Ses recherches se concentrent sur les performances et pratiques traditionnelles en Indonésie (et plus particulièrement sur le théâtre de marionnettes wayang golek) et sur les processus de patrimonialisation. Son travail est publié au sein d’ouvrages et d’articles scientifiques, mais nourrit également des actions concrètes comme la mise en place de la tournée d’une troupe complète de wayang golek sundanais en France en 2017.

Depuis 2004, Gabriel Facal a effectué des recherches durant une quarantaine de mois en Asie du Sud-Est et notamment en Indonésie, dans la région de Banten, où il a réalisé une thèse de doctorat (2009-2012, Aix-Marseille Université) portant sur les « hommes forts » jawara. Gabriel Facal a ensuite mené des recherches postdoctorales sur les rapports de pouvoir entre les groupes d’autorité locaux et les institutions politiques régionales. Plus récemment, il a mobilisé sa connaissance de ces réseaux de pouvoir afin de réaliser des enquêtes sur les groupes islamistes violents à Banten.

Vous avez raté une conférence du cycle Hommes, Territoires, Sociétés ? Vous pouvez toutes les revoir sur notre chaîne Youtube.


Share:

PARTNER